Leandro Lozahic
Consultant, formateur, conférencier et créateur de Formateur Pro.
Salut, je suis Leandro Lozahic et j’aimerais vous partager un bout de mon parcours.

Pour faire simple: je suis une personne normale.
J’ai grandi à Kermaria-Sulard, un petit village de moins de 1100 habitants situé dans les Côtes d’Armor, au nord de la Bretagne.

Mon père était ouvrier chez France Télécom, et ma mère, elle était secrétaire en mairie.

Lors de ma scolarité, je n’étais pas particulièrement bon élève. J’étais assez moyen, à en croire mon 10,5 de moyenne jamais dépassé. Tellement moyen que j’ai finalement réussi à redoubler ma 3ème.

Plus tard, après avoir finalement obtenu mon Bac, j’ai choisi de m’inscrire à la fac de Droit. Deux années plus tard, je n’avais toujours pas réussi à passer la première année.

En fait, au sujet des études, je ne suis pas allé plus loin que la toute première année de FAC d’AES (Administration Économique et Sociale). J’ai donc arrêté rapidement mon aventure étudiante, en 2007, pour finalement approcher le marché du travail.

Donc, pour répondre aux plus sceptiques : non je n’ai pas de diplôme de Grandes Écoles.

D’ailleurs, je n’ai pas non plus de diplôme de formateur… Et pourtant, je suis aujourd’hui très fier d’avoir aidé - et de continuer d’aider, pour un bon nombre - plus d’un millier et demi de personnes à travers toute la France, et même à l’étranger.

Pour revenir à mon premier job, c’est en tant que commercial et consultant que j’ai fait mes premiers pas dans la vie professionnelle. C’était dans une boîte de communication classique. Mon rôle était avant tout de vendre des sites internet à des chefs d’entreprises.

Pendant près de 3 années, je ne me suis pas senti libre. Je n’avais pas le sentiment d’être exactement là où je devais être. C’était absolument l’opposé !

Pour tout vous dire, pendant 3 ans je n’ai pas aimé ce que je faisais. Face au miroir je ne percevais pas le reflet de la personne que je rêvais de devenir. Et évidemment, mon salaire ne me permettait pas de m’offrir les choses (cadeaux, voyages, loisirs) dont je rêvais.

Finalement, la raison, mon caractère, la folie (ou un peu des trois)... m’a incité à quitter mon job en 2010 et de créer - enfin - ma toute première entreprise : une société de Conseil.

Évidemment, cette nouvelle aventure, et surtout le loyer de mon nouveau bureau dans une pépinière d’entreprise, m’ont obligé à faire des choix de confort plus rationnels : j’ai dû quitter mon grand appartement pour quelque chose de bien plus modeste.

Je me rappelle que les locaux étaient tellement petits, que j’arrivais à peine à faire le tour de mon bureau.

À cette période, ce qui m’a motivé: c’est que je rêvais surtout du titre de chef d’entreprise, du prestige que ça amenait. Alors oui, je l’étais finalement devenu, mais je n’avais aucun plan clairement défini pour gagner de l’argent.

Par contre, ce dont j’étais certain, c’est que je voulais me lancer, aider les autres, démarrer rapidement, sans gros investissement financier et surtout… gagner beaucoup d’argent.

Mais une fois installé... lorsque l’on ne dispose d’aucune réelle stratégie, les choses se gâtent et je n’étais plus aussi sûr de moi, de mes capacités à réussir, de mes capacités à mener à bien mon entreprise.

J’ai même cru qu’en posant une plaque sur ma porte de bureau et quelques annonces par-ci par-là, les clients allaient courir jusqu’à moi ! Vous savez, comme moi aujourd’hui, que ça n’existe que dans les films, séries ou contes pour grands enfants… Résultat : au bout de 3 mois, personne n’était venu frapper à ma porte. Pas un seul client.

J’étais au bord du dépôt de bilan.

Alors… J’ai réfléchi longuement… Très longuement à de nouvelles stratégies pour gagner de l’argent. J’ai cru qu’en me formant à de nouvelles compétences, les clients allaient finalement venir... Aucun nouveau client.

Plus tard, j’ai aussi essayé de mettre en place des partenariats, investi pas mal d’argent en cartes de visites, plaquettes commerciales, en un site internet (beaucoup trop cher, cela dit)... Rien n’y faisait, les clients ne voyaient même pas la poignée de ma porte.

Le constat, c’est que pendant deux ans je vivotais. Je gagnais à peine de quoi payer mes factures.

Et c’est dans ces périodes difficiles que l’entourage est important… Mais vous savez ce que c’est, nos proches veulent nous protéger, alors ils font tout pour nous ramener dans leur réalité. À cette période, mes parents et ma femme me répétaient sans cesse d’aller me trouver un “vrai job”. C’était une véritable pression !

D’un autre côté, j’avais dépensé plus que l’argent que Pôle Emploi m’avait versé…

Mentalement, c’était une période vraiment compliquée. J’étais totalement perdu. J’avais des rêves, des envies, de l’ambition… Mais je ne savais plus si ce n’était qu’un rêve, si ça n’était faisable que dans mon imagination, ou si j’en étais réellement capable.

Ça me rendait stressé en permanence. J’étais au bord de la dépression, c’est assez clair aujourd’hui. 

Puis, en 2014, mon frère est décédé. Le cancer l’a éteint le 29 mai. C’était la goutte de trop. J’étais abattu…

Mais cet événement m’a fait prendre conscience d’une chose : tout ce que je faisais, tous les efforts que je produisais, tout le travail que j’essayais (tant bien que mal) de mettre en oeuvre... Je ne le faisais pas QUE pour moi. Ça allait et ça va toujours plus loin que simplement moi : je le faisais aussi pour les gens qui m'entouraient, que j’aimais.

Alors, j’ai décidé de rassembler toutes mes forces, toute la motivation qu’il me restait… Et j’ai persévéré !

Finalement, c’est en 2015, en échangeant avec un coach (qui avait bien trop de clients… Problème de riche), que la solution m’est apparue. J’ai enfin eu LA bonne information : il existait des aides à la formation, permettant aux français d’obtenir des fonds, pour pouvoir se former.

Donc, concrètement, si l’on est formateur professionnel, nos clients peuvent demander à être remboursés de leurs achats de formation... C’était ça, elle était là, la clé !

Ce jour là, j’ai pris pleinement conscience que j’étais à côté de la plaque depuis bien trop longtemps.

Il était là, le chaînon manquant, la raison pour laquelle mes clients n’achetaient pas : je ne leur permettais pas de pouvoir demander des aides… Ce qui les aurait pas mal aidé à acheter mes formations…

Il aura quand même fallu que je touche le fond pour comprendre ça !...

Bref, j’ai donc décidé de changer de méthode : au lieu de vendre uniquement du conseil et du consulting, j’ai transformé mon expertise en formations, qui elles répondaient aux critères imposés par la loi, pour que mes clients puissent demander un remboursement.

La magie, c’est que les clients, mes clients, mais aussi ceux de mes clients, n’avaient plus peur d’investir dans l’achat d’une formation !

Lorsque j’ai présenté ma toute première formation à un groupe d’entrepreneurs (réunis lors d’un événement de réseautage), tout le monde était intéressé… Mais ils butaient sur le prix (1500 €)...

Puis je leur ai expliqué simplement comment ils pouvaient demander à être remboursés. Ils ont tous acheté. 15 ventes. Le frein était levé. La machine était lancée.

Je n’aurais jamais pu imaginer que ce serait si simple, si rapide. D’ailleurs, je n’avais pas encore terminé de mettre en forme ma formation ! J’étais fou d’avoir réalisé ces ventes. Quelle fierté! si vous pouviez être dans ma tête à ce moment précis... c’était dingue.

En 30 minutes à peine, je venais d’obtenir mes premiers clients en tant que Formateur Pro.

À cet instant, je me suis fait autant d’argent qu’en une année complète de dur labeur…

Le fin mot de l’histoire, c’est qu’alors que je venais de passer tous ces derniers mois à galérer (le mot est faible) et à dépenser mes derniers centimes pour trouver une simple idée, à avancer dans le brouillard, j’ai finalement lancé avec brio mon aventure en tant que Formateur Pro.

Aujourd’hui, je vis à Rennes, toujours en Bretagne, j’ai gagné plus d’un million d’euros, je travaille avec 5 employés (et des freelances) et j’échange chaque jour avec des entrepreneurs à succès ou en devenir, qui ont suivi ma formation. Je vous l’avoue : je suis fier de mon parcours et plus encore de celui de mes étudiants.

Désormais, vous connaissez mon histoire, mes galères, mes échecs et ma réussite. Vous savez que tout est possible, pour n’importe qui (car je suis n’importe qui) tant que vous croyez en vous et que vous mettez en place des actions pour devenir celui que vous souhaitez devenir. Et aujourd’hui, c’est exactement ce que j’apprends à faire à mes étudiants, étape par étape, en suivant ma formation.

Alors je vous pose la question : quelle est l’histoire que vous voudrez raconter, dans quelques années ?
1 200 étudiants  — 240 avis — noté 4.9/5
Formateur Pro - 72 rue du faubourg Saint honore, 75008 Paris 8ème.

SIREN. 525403747⎜Numero DATA DOCK. 11755505675⎜www.devenezformateurpro.fr⎜mail. contact@formateur-pro.fr⎜Tel. ‭06 44 66 06 16‬ 

Découvrez notre site internet ©DevenezFormateurPro.fr ⎜ Visitez notre Politique de Confidentialité ⎜ Prenez connaissance de notre Charte de Qualité

CGUCGV ⎜ Mentions Légales

Vos informations sont 100% sécurisées, nous nous engageons à ne pas les revendre.
Formation GRATUITE‰ — ‰Mon parcours‰ — ‰Avis‰ — ‰Contact
Leandro Lozahic
Consultant, formateur, conférencier et créateur de Formateur Pro.
Salut, je suis Leandro Lozahic et j’aimerais vous partager un bout de mon parcours.

Pour faire simple : je suis une personne normale.
J’ai grandi à Kermaria-Sulard, un petit village de moins de 1100 habitants situé dans les Côtes d’Armor, au nord de la Bretagne.

Mon père était ouvrier chez France Télécom, et ma mère, elle était secrétaire en mairie.

Lors de ma scolarité, je n’étais pas particulièrement bon élève. J’étais assez moyen, à en croire mon 10,5 de moyenne jamais dépassé. Tellement moyen que j’ai finalement réussi à redoubler ma 3ème.

Plus tard, après avoir finalement obtenu mon Bac, j’ai choisi de m’inscrire à la fac de Droit. Deux années plus tard, je n’avais toujours pas réussi à passer la première année.

En fait, au sujet des études, je ne suis pas allé plus loin que la toute première année de FAC d’AES (Administration Économique et Sociale). J’ai donc arrêté rapidement mon aventure étudiante, en 2007, pour finalement approcher le marché du travail.

Donc, pour répondre aux plus sceptiques : non je n’ai pas de diplôme de Grandes Écoles.

D’ailleurs, je n’ai pas non plus de diplôme de formateur… Et pourtant, je suis aujourd’hui très fier d’avoir aidé - et de continuer d’aider, pour un bon nombre - plus d’un millier et demi de personnes à travers toute la France, et même à l’étranger.

Pour revenir à mon premier job, c’est en tant que commercial et consultant que j’ai fait mes premiers pas dans la vie professionnelle. C’était dans une boîte de communication classique. Mon rôle était avant tout de vendre des sites internet à des chefs d’entreprises.

Pendant près de 3 années, je ne me suis pas senti libre. Je n’avais pas le sentiment d’être exactement là où je devais être. C’était absolument l’opposé !

Pour tout vous dire, pendant 3 ans je n’ai pas aimé ce que je faisais. Face au miroir je ne percevais pas le reflet de la personne que je rêvais de devenir. Et évidemment, mon salaire ne me permettait pas de m’offrir les choses (cadeaux, voyages, loisirs) dont je rêvais.

Finalement, la raison, mon caractère, la folie (ou un peu des trois)... m’a incité à quitter mon job en 2010 et de créer - enfin - ma toute première entreprise : une société de Conseil.

Évidemment, cette nouvelle aventure, et surtout le loyer de mon nouveau bureau dans une pépinière d’entreprise, m’ont obligé à faire des choix de confort plus rationnels : j’ai dû quitter mon grand appartement pour quelque chose de bien plus modeste.

Je me rappelle que les locaux étaient tellement petits, que j’arrivais à peine à faire le tour de mon bureau.

À cette période, ce qui m’a motivé: c’est que je rêvais surtout du titre de chef d’entreprise, du prestige que ça amenait. Alors oui, je l’étais finalement devenu, mais je n’avais aucun plan clairement défini pour gagner de l’argent.

Par contre, ce dont j’étais certain, c’est que je voulais me lancer, aider les autres, démarrer rapidement, sans gros investissement financier et surtout… gagner beaucoup d’argent.

Mais une fois installé... lorsque l’on ne dispose d’aucune réelle stratégie, les choses se gâtent et je n’étais plus aussi sûr de moi, de mes capacités à réussir, de mes capacités à mener à bien mon entreprise.

J’ai même cru qu’en posant une plaque sur ma porte de bureau et quelques annonces par-ci par-là, les clients allaient courir jusqu’à moi ! Vous savez, comme moi aujourd’hui, que ça n’existe que dans les films, séries ou contes pour grands enfants… Résultat : au bout de 3 mois, personne n’était venu frapper à ma porte. Pas un seul client.

J’étais au bord du dépôt de bilan.

Alors… J’ai réfléchi longuement… Très longuement à de nouvelles stratégies pour gagner de l’argent. J’ai cru qu’en me formant à de nouvelles compétences, les clients allaient finalement venir... Aucun nouveau client.

Plus tard, j’ai aussi essayé de mettre en place des partenariats, investi pas mal d’argent en cartes de visites, plaquettes commerciales, en un site internet (beaucoup trop cher, cela dit)... Rien n’y faisait, les clients ne voyaient même pas la poignée de ma porte.

Le constat, c’est que pendant deux ans je vivotais. Je gagnais à peine de quoi payer mes factures.

Et c’est dans ces périodes difficiles que l’entourage est important… Mais vous savez ce que c’est, nos proches veulent nous protéger, alors ils font tout pour nous ramener dans leur réalité. À cette période, mes parents et ma femme me répétaient sans cesse d’aller me trouver un “vrai job”. C’était une véritable pression !

D’un autre côté, j’avais dépensé plus que l’argent que Pôle Emploi m’avait versé…

Mentalement, c’était une période vraiment compliquée. J’étais totalement perdu. J’avais des rêves, des envies, de l’ambition… Mais je ne savais plus si ce n’était qu’un rêve, si ça n’était faisable que dans mon imagination, ou si j’en étais réellement capable.

Ça me rendait stressé en permanence. J’étais au bord de la dépression, c’est assez clair aujourd’hui. 

Puis, en 2014, mon frère est décédé. Le cancer l’a éteint le 29 mai. C’était la goutte de trop. J’étais abattu…

Mais cet événement m’a fait prendre conscience d’une chose : tout ce que je faisais, tous les efforts que je produisais, tout le travail que j’essayais (tant bien que mal) de mettre en oeuvre... Je ne le faisais pas QUE pour moi. Ça allait et ça va toujours plus loin que simplement moi : je le faisais aussi pour les gens qui m'entouraient, que j’aimais.

Alors, j’ai décidé de rassembler toutes mes forces, toute la motivation qu’il me restait… Et j’ai persévéré !

Finalement, c’est en 2015, en échangeant avec un coach (qui avait bien trop de clients… Problème de riche), que la solution m’est apparue. J’ai enfin eu LA bonne information : il existait des aides à la formation, permettant aux français d’obtenir des fonds, pour pouvoir se former.

Donc, concrètement, si l’on est formateur professionnel, nos clients peuvent demander à être remboursés de leurs achats de formation... C’était ça, elle était là, la clé !

Ce jour là, j’ai pris pleinement conscience que j’étais à côté de la plaque depuis bien trop longtemps.

Il était là, le chaînon manquant, la raison pour laquelle mes clients n’achetaient pas : je ne leur permettais pas de pouvoir demander des aides… Ce qui les aurait pas mal aidé à acheter mes formations…

Il aura quand même fallu que je touche le fond pour comprendre ça !...

Bref, j’ai donc décidé de changer de méthode : au lieu de vendre uniquement du conseil et du consulting, j’ai transformé mon expertise en formations, qui elles répondaient aux critères imposés par la loi, pour que mes clients puissent demander un remboursement.

La magie, c’est que les clients, mes clients, mais aussi ceux de mes clients, n’avaient plus peur d’investir dans l’achat d’une formation !

Lorsque j’ai présenté ma toute première formation à un groupe d’entrepreneurs (réunis lors d’un événement de réseautage), tout le monde était intéressé… Mais ils butaient sur le prix (1500 €)...

Puis je leur ai expliqué simplement comment ils pouvaient demander à être remboursés. Ils ont tous acheté. 15 ventes. Le frein était levé. La machine était lancée.

Je n’aurais jamais pu imaginer que ce serait si simple, si rapide. D’ailleurs, je n’avais pas encore terminé de mettre en forme ma formation ! J’étais fou d’avoir réalisé ces ventes. Quelle fierté! si vous pouviez être dans ma tête à ce moment précis... c’était dingue.

En 30 minutes à peine, je venais d’obtenir mes premiers clients en tant que Formateur Pro.

À cet instant, je me suis fait autant d’argent qu’en une année complète de dur labeur…

Le fin mot de l’histoire, c’est qu’alors que je venais de passer tous ces derniers mois à galérer (le mot est faible) et à dépenser mes derniers centimes pour trouver une simple idée, à avancer dans le brouillard, j’ai finalement lancé avec brio mon aventure en tant que Formateur Pro.

Aujourd’hui, je vis à Rennes, toujours en Bretagne, j’ai gagné plus d’un million d’euros, je travaille avec 5 employés (et des freelances) et j’échange chaque jour avec des entrepreneurs à succès ou en devenir, qui ont suivi ma formation. Je vous l’avoue : je suis fier de mon parcours et plus encore de celui de mes étudiants.

Désormais, vous connaissez mon histoire, mes galères, mes échecs et ma réussite. Vous savez que tout est possible, pour n’importe qui (car je suis n’importe qui) tant que vous croyez en vous et que vous mettez en place des actions pour devenir celui que vous souhaitez devenir. Et aujourd’hui, c’est exactement ce que j’apprends à faire à mes étudiants, étape par étape, en suivant ma formation.

Alors je vous pose la question : quelle est l’histoire que vous voudrez raconter, dans quelques années ?
1 200 étudiants  — 240 avis — noté 4.9/5
Formation GRATUITE‰ — ‰Mon parcours‰ — ‰Avis‰ — ‰Contact
Formateur Pro - 72 rue du faubourg Saint honore, 75008 Paris 8ème.

SIREN. 525403747⎜Numero DATA DOCK. 11755505675⎜www.devenezformateurpro.fr⎜mail. contact@formateur-pro.fr⎜Tel. ‭06 44 66 06 16‬ 

Découvrez notre site internet ©DevenezFormateurPro.fr ⎜ Visitez notre Politique de Confidentialité ⎜ Prenez connaissance de notre Charte de Qualité

CGUCGV ⎜ Mentions Légales

Vos informations sont 100% sécurisées, nous nous engageons à ne pas les revendre.